Contacts X

Bertrand Thimonier
Président, Fondateur
Guillaume Dary
Associé
Romain Massiah
Associé
Marc Lebrun
Associé
Guillaume Capelle
Associé
Gilles Coudon
Directeur Associé
Louis Vercken
Directeur Associé
Antoine Tanguy
Directeur Associé

Revue de presse


Retour
  • 08/10/2020 - Coronavirus : les Français pessimistes pour l'économie du pays, beaucoup moins pour celle de leur région

    D'après un sondage, deux tiers des Français estiment que la situation économique du pays est « mauvaise ». 39% des salariés disent craindre de perdre leur emploi.

    En pleine pandémie mondiale de coronavirus, la situation économique du pays n'est pas au mieux. Dans ce climat anxiogène, 69% des salariés estiment qu'elle est « mauvaise », d'après le baromètre des économies régionales Odoxa-Adviso Partners , réalisé pour Challenges et FranceInfo.


    De l'optimisme pour l'économie régionale

    Mais si les Français interrogés se montrent pessimistes sur la situation économique du pays, ils sont en revanche beaucoup plus sereins pour celle de leur région. 60% la jugent « bonne », soit le double du niveau national, en hausse de 8 points par rapport à l'année dernière.

    Les plus optimistes sont les Bretons (77%), les Néo-Aquitains un peu moins (66%), juste devant les Franciliens (63%).

    Deux Français sur trois pensent que leur région est un endroit favorable à la création d'entreprises. En tête des régions les plus attractives : les Pays de la Loire, l'Ile-de-France et la Bretagne (73%), la Nouvelle-Aquitaine figure à la 5e place (66%).

    Toutefois, 69% des sondés estiment qu'il est difficile de trouver un emploi attractif. Un chiffre qui grimpe à plus de 80% dans les Hauts-de-France et le Grand-Est, à 70% en Nouvelle-Aquitaine, loin devant l'Ile-de-France (58%) et les Pays-de-la-Loire (49%).


    Mais des inquiétudes pour l'emploi

    Le coronavirus fait peur aux Français et notamment son impact sur le monde du travail. 39% des salariés interrogés craignent de perdre leur emploi à cause de la pandémie. Un chiffre en nette hausse de 16 points par rapport au mois d'avril. C'est dans l'Est que les Français se disent les plus inquiets, en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Grand-Est (55%), mais aussi en Nouvelle-Aquitaine (43%).

    Les secteurs les plus directement touchés par la crise sanitaire sont ceux où l'inquiétude est la plus forte, à savoir l'hébergement, le monde de la culture, l'événementiel et l'immobilier.

    Autre crainte des salariés : la peur d'attraper le Covid-19 sur son lieu de travail. C'est le cas pour 55% des sondés.


    Plus de chômage, moins de télétravail

    Ce n'est pas une surprise, depuis le début de la crise du coronavirus, le chômage est plus présent. D'après le baromètre, un actif sur cinq ne travaille pas soit parce qu'il est au chômage soit parce qu'il est en arrêt maladie.

    Autre changement dans le monde du travail : le télétravail. 14% des salariés affirment télétravailler encore très régulièrement (24% pendant le confinement) et 22% si l'on compte ceux qui le pratiquent occasionnellement. L'Ile-de-France concentre deux à trois fois plus de télétravailleurs que les autres régions (30%). En Nouvelle-Aquitaine, seuls 9% des salariés indiquent travailler depuis leur domicile.

    Néanmoins, les trois quarts des salariés comme des employeurs ne souhaitent pas télétravailler davantage à l'avenir. En avril dernier, ils étaient 55% à le souhaiter.

    Cette enquête a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 3 000 Français interrogés sur Internet du 7 au 11 septembre.


    Cliquez-ici pour lire l'article Sud Ouest

    Voir l'article au format PDF