Contacts X

Bertrand Thimonier
Président, Fondateur
Guillaume Dary
Associé
Romain Massiah
Associé
Marc Lebrun
Associé
Guillaume Capelle
Associé
Gilles Coudon
Directeur Associé
Louis Vercken
Directeur Associé
Antoine Tanguy
Directeur Associé

Revue de presse


Retour
  • 06/12/2019 - Le chateau Lamothe Bergeron passe à la Caisse

    Le domaine du Haut-Médoc détenu depuis dix ans par la maison de Cognac Mounier & Hardy passe dans le giron de la Caisse de prévoyance des agents de la Sécurité Sociale et assimilés qui débourse quelque 20 M€ pour sa première incursion dans les vignes.

    Depuis 2017, la Caisse de prévoyance des agents de la Sécurité Sociale et assimilés -Capssa- cherche à investir dans un vignoble. Conseillée par Trans-millésimes, elle vient de mettre la main sur le Château Lamothe Bergeron. Et devrait débourser un peu plus de 20 M€ pour acquérir ce domaine de 72 ha du Haut-Médoc, depuis dix ans dans le giron de la maison de Cognac Mounier & Hardy, détenue par Unicoop.

    Taux de rendement annuel escompté : 2,42 %
    « Cette acquisition s'inscrit dans le cadre de la diversification de nos actifs, explique Jean-Pierre Mottura, directeur général de la Capssa. Nos motivations à investir dans un vignoble sont à la fois patrimoniales, économiques et financières dans un contexte de taux très bas. » L'institution de prévoyance créée en 1994 table en effet sur un rendement annuel de 2,42 %, « bon an mal an ». « Évidemment, l'espérance de gain réside dans le multiple de revente », note le repreneur qui a notamment porté son choix sur Lamothe-Bergeron pour son potentiel de développement. Le château, qui réalise 2,5 M€ de chiffre d'affaires en commercialisant quelque 450 000 bouteilles par an, « n'a pas toujours affiché des résultats très positifs mais, clairement, monte en puissance » observe son nouveau propriétaire. Entièrement restauré en 2015, Lamothe-Bergeron s'est notamment lancé dans l'oenotourisme et des « pistes d'amélioration » sont à l'étude et pourraient porter l'enveloppe totale dédiée au vignoble à quelque 25 M€. « Les audits que nous avons diligentés laissent apparaître que des parcelles sont disponibles pour accueillir du blanc », révèle Jean-Pierre Mottura qui envisage aussi la possibilité « de diminuer les quantités produites, mais d'augmenter la qualité » des vins. Mais avant tout, celui qui l'a emporté face à un grand groupe chinois et à un riche néerlandais en étant moins disant (de 10 %) « mais avec une offre française et portée par une institution », entend s'attaquer à la diminution des coûts en révisant les « conditions financières quotidiennes du château ». Le Chateau Lamothe-Bergeron représente 2 % des actifs de la Capssa.

    Voir l'article au format PDF