Contacts X

Bertrand Thimonier
Président, Fondateur
Guillaume Dary
Associé
Romain Massiah
Associé
Guillaume Capelle
Associé
Gilles Coudon
Directeur Associé
Marc Lebrun
Associé
Louis Vercken
Directeur Associé

Revue de presse


Retour
  • 06/12/2019 - Le chateau Lamothe Bergeron passe à la Caisse

    Le domaine du Haut-Médoc détenu depuis dix ans par la maison de Cognac Mounier & Hardy passe dans le giron de la Caisse de prévoyance des agents de la Sécurité Sociale et assimilés qui débourse quelque 20 M€ pour sa première incursion dans les vignes.

    Depuis 2017, la Caisse de prévoyance des agents de la Sécurité Sociale et assimilés -Capssa- cherche à investir dans un vignoble. Conseillée par Trans-millésimes, elle vient de mettre la main sur le Château Lamothe Bergeron. Et devrait débourser un peu plus de 20 M€ pour acquérir ce domaine de 72 ha du Haut-Médoc, depuis dix ans dans le giron de la maison de Cognac Mounier & Hardy, détenue par Unicoop.

    Taux de rendement annuel escompté : 2,42 %
    « Cette acquisition s'inscrit dans le cadre de la diversification de nos actifs, explique Jean-Pierre Mottura, directeur général de la Capssa. Nos motivations à investir dans un vignoble sont à la fois patrimoniales, économiques et financières dans un contexte de taux très bas. » L'institution de prévoyance créée en 1994 table en effet sur un rendement annuel de 2,42 %, « bon an mal an ». « Évidemment, l'espérance de gain réside dans le multiple de revente », note le repreneur qui a notamment porté son choix sur Lamothe-Bergeron pour son potentiel de développement. Le château, qui réalise 2,5 M€ de chiffre d'affaires en commercialisant quelque 450 000 bouteilles par an, « n'a pas toujours affiché des résultats très positifs mais, clairement, monte en puissance » observe son nouveau propriétaire. Entièrement restauré en 2015, Lamothe-Bergeron s'est notamment lancé dans l'oenotourisme et des « pistes d'amélioration » sont à l'étude et pourraient porter l'enveloppe totale dédiée au vignoble à quelque 25 M€. « Les audits que nous avons diligentés laissent apparaître que des parcelles sont disponibles pour accueillir du blanc », révèle Jean-Pierre Mottura qui envisage aussi la possibilité « de diminuer les quantités produites, mais d'augmenter la qualité » des vins. Mais avant tout, celui qui l'a emporté face à un grand groupe chinois et à un riche néerlandais en étant moins disant (de 10 %) « mais avec une offre française et portée par une institution », entend s'attaquer à la diminution des coûts en révisant les « conditions financières quotidiennes du château ». Le Chateau Lamothe-Bergeron représente 2 % des actifs de la Capssa.

    Voir l'article au format PDF