Contacts X

Bertrand Thimonier
Président, Fondateur
Elizabeth Ollieric
Capucine Dalmas
David Sutrat
Romain Massiah
Associé
Guillaume Capelle
Associé
Guillaume Dary
Associé
Gilles Coudon
Directeur Associé
Marc Lebrun
Directeur Associé
Louis Vercken
Directeur Associé

Revue de presse


Retour
  • 03/07/2019 - Bernier se connecte à un Américain

    Le concepteur et fabricant de connecteurs pour environnements sévères de plus de 9 M€ de chiffre d'affaires démarre une nouvelle vie avec le groupe américain Heico qui reprend ses actifs via sa filiale française.

    Même les entreprises (très) rentables se retrouvent parfois dans de fâcheuses postures. Ainsi Bernier SAS, un concepteur et fabricant de connecteurs haute technologies pour les environnements sévères de plus de 9 M€ de chiffre d'affaires pour un Ebitda supérieur à 2,5 M€, a été placé sous administration judiciaire provisoire il y a un an, ses comptes n'étant plus certifiés. Préparée dans le cadre d'un Prepack cession sous la houlette de l'AJ Hélène Bourbouloux, associée fondatrice de FHB, la vente des actifs de la société (ainsi que d'une participation à hauteur de 70 % dans une petite filiale, MPI) via un process confié à Adviso Partners a aiguisé les appétits. C'est finalement l'offre de l'américain Heico, via sa filiale française 3D Plus, qui a convaincu les juges. Aucun détail de la transaction n'a été divulgué, mais on sait que les 41 personnes employées sur les sites de Brétigny-sur-Orge ont été reprises.

    Et le vainqueur est... le moins disant !
    Au total, Adviso Partners a reçu une quinzaine de LOI. « Tout est allé très vite puisque nous avons remporté le mandat le 8 mars et que je jugement devait être rendu le 24 juin, mais la qualité de l'actif le permettait », estime Louis Vercken, associé de la société de conseil. Des offres ont effectivement été déposées, selon nos informations par Philippe Bensussan et le FCDE, par Rail Industries soutenu par Innovafonds qui avait formulé l'offre la mieux disante à quelque 30 M€, par l'américain Anphenol Connectors et enfin, par Heico. VMI-Jokon, supporté par Hivest et BRM Industries, accompagné par Bpifrance, avaient finalement retiré leur proposition. « Heico a formulé une offre moins disante que d'autres, mais très amicale et très bien perçue, notamment par le management et les salariés, souligne Thibaut de Monclin, associé gérant Oaklins, familier du groupe américain pour lui avoir vendu 3D Plus en 2011. Heico, qui aurait en fait déposé l'offre la moins-disante (laquelle couvre toutefois « largement » le passif de l'État), a en effet choisi de reprendre les effectifs, la marque, le site industriel et le DG de la société, Dominique Gaucher. Et estime que « l'ensemble des synergies identifiées au cours du processus de fusion seront pleinement opérationnelles dans les douze mois suivant la signature du protocole d'acquisition ». Bernier pourrait compter sur les capacités en R&D ainsi que sur le réseau de distribution de 3D Plus en Europe et dans le monde tandis que le Heiko imagine s'appuyer sur son nouveau site français pour vendre dans l'Hexagone la production de sa propre filiale qui produit et vend des connecteurs aux États-Unis. « Reste que c'est une jolie marque de l'industrie française, opérant pour l'essentiel dans un contexte militaire, qui passe sous la coupe d'un américain », glisse une source proche du dossier. Pour rappel, Heico a réalisé 1,78 Md$ de chiffre d'affaires en 2018 en proposant des produits et services pour l'aviation, la défense, l'espace, la médecine... avec, parmi ses clients, la majorité des compagnies aériennes, des sous-traitants des secteurs de la Défense et de l'Espace...

    Voir l'article au format PDF