Contacts X

Bertrand Thimonier
Président, Fondateur
Romain Massiah
Associé
Guillaume Capelle
Associé
Guillaume Dary
Associé
Gilles Coudon
Directeur Associé
Marc Lebrun
Directeur Associé
Louis Vercken
Directeur Associé

Revue de presse


Retour
  • 04/07/2018 - D'aucy s'associe à la reprise des fruits Saint Mamet

    Saint-Mamet a indiqué que le comité central d'entreprise extraordinaire a donné « à l'unanimité » un avis favorable à ce projet.

    C'est l'alliance des fruits et des légumes. Le groupe D'aucy va devenir le partenaire industriel de Saint Mamet, numéro un français des fruits en sirop. La coopérative bretonne accompagne en effet le fonds d'investissement Hivest qui rachète Saint Mamet au fonds Florac, fonds appartenant à la famille Meyer Louis-Dreyfus. Celui-ci a racheté Saint Mamet (100 millions d'euros de chiffre d'affaires) en octobre 2015.

    Un point particulier reste en discussion entre Hivest et Florac : le remboursement d'une dette de 7 millions d'euros réclamée par Conserve Italia

    Saint Mamet indique dans un communiqué que « le comité central d'entreprise extraordinaire, réuni avec l'ensemble des partenaires sociaux, a donné à l'unanimité un avis favorable à ce projet ». Cependant, selon nos informations, un point particulier reste en discussion entre Hivest et Florac : le remboursement d'une dette de 7 millions d'euros réclamée par l'ancien actionnaire majoritaire Conserve Italia, toujours détenteur de 5 % du capital, et sous-traitant de Saint Mamet pour le conditionnement de certaines productions et leur étiquetage.

    Créée en 1953, Saint Mamet, dont le siège est à Nîmes (Gard) est une entreprise de première transformation de fruits. En difficulté au cours de la dernière décennie, elle maîtrise sur le long terme ses approvisionnements avec les mêmes agriculteurs. Six cents hectares de vergers sont exploités, certains à proximité immédiate de l'usine, par plus d'une centaine d'arboriculteurs membres de la coopérative Conserve Gard. Celle-ci est le fournisseur exclusif de l'industriel, grâce à un contrat d'approvisionnement de vingt ans. Cet engagement prévoit notamment un passage progressif des vergers au bio.

    Voir l'article au format PDF